L'alimentation du Drahthaar

La quantité de nourriture à donner à un chien doit être en rapport avec son poids, son âge et l’énergie dépensée par l’animal au cours de la journée. Un chien doit consommer chaque jour le nombre de calories nécessaires et suffisantes à son équilibre. Les rations uniquement à base de viande ne satisfont pas d’emblée les besoins du chien en minéraux, les carences en magnésium et oligoéléments peuvent alors entraîner des maladies osseuses sanguines ou nerveuses, notamment les dysplasies. Les vitamines nécessaires à l’animal sont nombreuses, pour assurer l’intégrité de la peau, une bonne vision, une croissance normale, une bonne utilisation des graisses et l’entretien des vaisseaux, de même l’eau lui est indispensable ; il doit en disposer à volonté. N’oubliez pas de remplir régulièrement sa gamelle, au cours de la journée.

Ses besoins

Le premier besoin du chien concerne ses dépenses énergétiques. La richesse énergétique d’une ration provient en premier des glucides et des lipides. Les glucides fournissent de l’énergie à l’organisme. Le foie et les muscles absorbent le glucose présent dans le sang pour les assembler en glycogène qui représente une forme de stockage de l’énergie chez le chien. La digestion de l’amidon est un facteur à prendre en compte.
Les lipides apportés par la matière grasse forment la source concentrée et privilégiée d’énergie. Ils libèrent environ le double d’énergie par unité de poids comparé aux glucides. Ils sont indispensables à l’organisme non seulement pour leur rôle énergétique mais également pour leurs rôles plastiques et fonctionnels. Les lipides apportent ce que l’on appelle les (Acides Gras Essentiels). Ils sont indispensables au maintien de celle –ci et au bon fonctionnement cellulaire, ils ont un rôle primordial sur la croissance, la beauté du poil, la préservation de l’épiderme, sur le fonctionnement hépatique et cardiaque, également sur la fertilité et la coagulation. Les protéines de l’alimentation ont pour rôle de fournir à l’organisme les éléments nécessaires à sa construction. Elles apportent les acides aminés nécessaires à la synthèse des protéines tissulaires de l’organisme.

Son régime propre

Un bon régime alimentaire est celui qui est bien calibré, qui correspond au poids, à l’âge, et à l’activité du chien, bien nourrir son chien n’est pas chose facile. La ration idéale se compose de protéines, viande, poisson qui peuvent être insérés dans les soupes, et un complément minéral vitaminé, compte tenu de l’âge, de la situation et de l’état de santé. L’alimentation du chien n’a pas besoin d’être aussi variée que celle d’un humain, mais il est indispensable que la ration quotidienne couvre tous ses besoins, sans carence ni excès pour lui assurer santé et vigueur.

L’âge qui détermine le repas

Une fois le chiot sevré, il faut lui apporter tout ce dont il a besoin pour sa croissance (protéines, sels minéraux, vitamines). Les aliments complets secs ou en soupe, sont excellents car ils fournissent tout ce qui est nécessaire, sans excès.
Si vous l’habituez dès les premiers jours à manger fruits et légumes, sa santé en saura d’autant plus florissante et la souplesse de son pelage en sera accrue. Les chiots doivent en outre ronger un os tous les jours afin de raffermir et développer l’ossification de leur squelette, attention aux os durs dont la moindre écharde pourrait perforer les poumons ou son estomac (surtout pas d’os de lapin). Quant au chien d e chasse adulte, il doit avoir une alimentation saine pendant les périodes d’activité. Votre compagnon doit être repris en main pendant l’intersaison, même s’il est au repos, il ne faut pas l’entretenir, mais obtenir un état de santé optimal en évitant l’obésité. Pour les rations « ménagères » un bon aliment de maintenance doit être composé d’un tiers de viande, d’un tiers de riz, d’un tiers de légumes. En période de chasse il faut doubler sa ration quotidienne de viande « exemple passer de 200g à 400g ».

Le chien âgé

Au-delà de 8 ou 9 ans ils doivent être surveillés au plan alimentaire pour améliorer leur espérance de vie. Il faut augmenter légèrement la proportion des vitamines, des protéines et des fibres. A côté du poids, l’âge du chien doit être pris en compte.

Les rations

Si vous choisissez la nourriture toute prête du commerce, leur qualité a beaucoup progressé au cours des ans, cette nourriture est facile d’emploi et à conserver, son prix pas plus élevé qu’un repas «fait maison ». Il convient toutefois de respecter les conseils de préparation et les doses. L’alimentation du chien n’a pas besoin d’être aussi varié que celle d’un humain, il suffit qu’elle couvre ses besoins, sans carence ni excès pour qu’elle lui assure santé et vigueur. Par contre soyez stricts dans les quantités et les doses, votre chien doit se plier à des normes en matière d’alimentation. Il faut lui résister lorsqu’il vous réclame en dehors des repas qu’on limitera à deux maximums par jour et à heure fixe. Pour éviter les diarrhées, il faut passer progressivement d’un aliment à un autre ( intégrer au début 25% du nouvel aliment dans l’ancien et progressivement sur une semaine environ arriver à 100 % du nouvel aliment). Il n’est pas bon pour un chien de finir les restes du repas de son maître. Utiliser des écuelles lavables en métal ou plastiques. N’oubliez pas de toujours lui mettre à disposition de l’eau souvent renouvelée. Notez que les vomissements chez le chien sont parfois fréquents, cela ne signifie pas que l’aliment n’est pas adapté, c’est seulement le fait que le chien avale pratiquement sans mâcher ce qui explique la réaction d’intolérance. Votre compagnon doit prendre son repas, avant vous à heures fixes. S’il ne touche pas à sa gamelle, rien d’autre lui sera servi et il mangera au prochain repas.

Les différents aliments

Si vous faites vous-même la pâtée de votre compagnon, n’oubliez pas que la viande doit être crue ou bouillie, mais jamais cuite dans de la graisse. En contre partie le riz et les pâtes doivent être cuits longtemps, n’oubliez pas de rajouter les compléments de minéraux et de vitamines en poudre généralement composée de levure de bière, d’huile de tournesol, et de carbonate de calcium que l’on trouve chez son vétérinaire (Forcanis, Sofcanis.)

L’autre solution

Les aliments sous forme de croquettes sont bien adaptés aux besoins des animaux : équilibrée et nutritive cette alimentation est facile à utiliser et à conserver. Ces produits sont généralement préparés par des diététiciens.

Les produits humides sont vendus dans des conserves en boites en fer. Ces produits contiennent beaucoup d’eau, certains sont des aliments complets, d’autres sont à mélanger avec des légumes et des vitamines.

Les produits semi-humides, moins riche en eau, souvent issu d’un mélange composé de sucre et d’agents conservateurs. Les produits secs (granulés, biscuits, croquettes, farines) leurs avantages sont qu’ils sont souvent complémentaires de produits carnés, de produits humides. Ils permettent de respecter avec une certaine précision les règles de la diététique des chiens.

Pour conclure

Ces règles sont les règles de base d’une alimentation saine. Pour sa santé un chien ne doit jamais être ni obèse ni d’une maigreur extrême. Lui trouver la bonne alimentation n’est pas chose facile. Si vous éprouvez des difficultés renseignez-vous auprès de votre vétérinaire ou auprès de votre marchand d’aliments. Mais retenez bien qu'un chien ne doit jamais manger de la même façon qu’un être humain, sa physiologie et ses besoins ne sont pas les mêmes, que l’exercice quotidien est un excellent facteur de forme et « de formes ».


Ajouter un commentaire